Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
concepteurvolumiste.over-blog.com

Episode 4 : De Beaux Matériaux à Formes

Publié le 19 Avril 2009 par concepteurvolumiste in Packaging Story

Acte 2 : Le Métal.

Il existe les formes de découpe planes et les rotatives.

Mais sans exagérer la plaque de bois à plat à tendance à se bomber suivant les aléas de la météorologie, ce qui peut induire une variation de l’épaisseur du trait du dessin ( idem pour le réglage de la puissance et de la vitesse du laser ), empêchant la pénétration du métal dans le bois, où facilitant son expulsion.

Le métal faisant deux points d’épaisseur (point = le douzième du douzième du douzième du pied du roi ). En se bombant, l’épaisseur du trait tracé par le laser passe à 2.2 point par exemple; la lame n’est plus solidement fixée, où il passe à 1.8 point;  la lame à du mal à pénétrer; le ferreur force le passage et cette dernière se met de travers.

On peut toujours marquer la lame; gonfler le métal pour lui faire prendre de l’épaisseur.

Ainsi :

Le Métal s’introduit.

La fine lame glisse puis s’introduit.

Le Métal glisse au fil des interstices.

La fine lame suit la courbure des interstices.

Le Métal suit la courbure des formes.

La fine lame épouse les douces lignes des belles formes.

Le Métal épouse les belles formes du bois.

La fine lame pénètre les fentes du bois.

Le Métal pénètre les fentes de la forme.

La fine lame se cale ou plus profond de la forme.

Le Métal prend place au plus profond du dessin.

La fine lame absorbe toutes les lignes du dessin.

Le Métal donne au dessin une nouvelle forme. 

La fine lame prend place sur tous le pourtour de la forme.

Le Métal prend place sur tous le pourtour de la création.

La fine lame prend place dans la création.

Le Métal prend place dans le bois.

La fine lame se mari avec le bois.

Le Métal et Le Bois ne fond plus qu’un.

L’outil de découpe prend vie, enfin.

Mais que peut-il bien découper ?

Ou, plutôt qui peut découper quoi ?

Qui peut marquer, rainer quoi ?

Un grand classique est le coupeur 23.80 mm (on peut aller jusqu’à des 70 mm . . . ).

 

Ici , on peut voir un pont, souvenez- vous celui qui empêche le dessin ( la planche de bois ) de se transformer en un énorme puzzle.

Marié avec un bois de 18 mm on peut découper un matériaux de moins de 5.75 mm.

Avec un bois de 15 mm on peut découper un matériaux de moins de 8.75 mm.

Le pont sur le métal étant placé au même endroit que le pont sur le bois.

Il existe de nombreuses épaisseurs de bois et hauteurs de filet.

Le filet raineur ( le Marqueur, pour les plis de la boîte, ceux qui mettent la création en volume ) ont une hauteur de quelques dixièmes inférieures à celle du coupeur.

 

Les coupeurs et les raineurs doivent respecter scrupuleusement les lignes , les courbes, les plis du dessin.

A chaque matériaux sont angle d’attaque, cette ligne de coupe ne doit pas avoir de rupture.

La ligne de coupe doit toujours être respecté pour qu’il n’y ai pas de point d’attache sur le matériau découpé.

Pour cela le métal sera travaillé avec précision.

Grignoté dans un sens.

Fendu dans l’autre.

Biseauté par ici.

Biaisé de l’autre.

Meulé de ci.

Cintré de là.

Coupé en bec.

Coupé en queue d’aronde.

Un véritable travail d’horloger se joue à cette étape.

Travail d’orfèvre réalisé au maillet.

Un travail minutieux à grand coup de maillet.

Du grand Art.

Avec un grand A.

Comme Artisan.

Il existe des filets perforants.

Des filets mi-coupeur, mi-raineur.

Des filets en vagues.

Des filets ceci.

Des filets cela.

Le Métal prend possession du Bois.

Il restera à habiller le tout, d’un soupçon de caoutchouc.

D'un soupçon de mousse.

D’un soupçon de couleur.

D’un soupçon d’harmonie.

Pour achever la création.

Commenter cet article