Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
concepteurvolumiste.over-blog.com

Rencontre avec le peuple Haïtien

Publié le 4 Décembre 2010 par concepteurvolumiste in Climat Social

Avant le tremblement


hai




Après le tremblement


HPIM4937

HPIM4935

HPIM4924




Après l’aide international


HPIM4945

HPIM5572

HPIM5574




Avant le choléra


IMG_0696

IMG_2891

IMG_2897




Après le choléra


haiti-cholera_930620_scalewidth_630

2010-11-12T175033Z_01_APAE6AB1DKB00_RTROPTP_3_OFRTP-HAITI-CHOLERA-TP-20101112




Transport d’eau potable


IMG_3092

IMG_3100

IMG_3312

 




Paysage d’Haïti


IMG_3058

IMG_3059

IMG_3060




Personnage d’Haïti


HPIM5655

HPIM5658

IMG_3099




Théâtre pour l’apprentissage à l’hygiène.





Aide pour Haïti


UNICEF

CROIX ROUGE

SOLIDARITES

MSF


Critique de l’aide internationale


23 Novembre 2010

Brauman, Rony

L'épidémie de choléra qui sévit depuis près d'un mois à Haïti met en évidence la faiblesse du dispositif international de réponse à des épisodes aigus de ce type. Les violences dirigées contre les soldats de la Minustah , accusés par la rumeur publique d'être les vecteurs de cette maladie infectieuse, nous rappellent que les épidémies attisent les peurs et que l' « étranger » -aujourd'hui les Népalais, demain sans doute d'autres, sert d'exutoire à ces angoisses à Haïti comme ailleurs. Les travaux d'historiens et d'anthropologues nous le rappellent, le choléra, mais aussi le typhus autrefois, la tuberculose, le sida, le Marbourg aujourd'hui, sont des condensateurs de passions collectives. On sait qu'en Europe au XIXe siècle, les épidémies de choléra s'accompagnèrent d'émeutes. « En France, écrit Jean-François Saluzzo, les travailleurs étaient convaincus que la bourgeoisie, de connivence avec le pouvoir politique, utilisait l'arme du choléra pour les empoisonner ». Ne nous étonnons pas que dans un pays qui ignorait ce fléau jusqu'alors et où les inégalités sont si criantes et les tensions sociales si vives, cette maladie suscite de telles réactions. Certainement instrumentalisées par des groupes politiques en cette veille d'élections, elles ne sont pas fabriquées.

Que faire devant une telle situation ? D'abord, c'est la priorité, traiter les patients dans des centres de réhydratation intensive (par voie orale, ou veineuse dans les cas graves) mis en place à cet effet et dont l'efficacité est démontrée. On se rétablit en quelques heures et on en guérit en quelques jours dans l'immense majorité des cas, la létalité étant alors de 1 à 2%, contre 30 à 50% en l'absence de traitement. Le choléra est une des rares maladies à offrir un tel contraste entre la sévérité des signes initiaux et la rapidité de la guérison. On comprend mal, dans ces conditions, pourquoi les équipes médicales d'urgence dépêchées sur place à la suite du tremblement de terre de janvier dernier et reparties quelques semaines plus tard, ne reviennent pas aujourd'hui, MSF seule prenant en charge près de 90% des cas à Port-au-Prince...




L’aide en image


HPIM6200

HPIM5705

IMG_3360




Merci


IMG_3072

Luis

Commenter cet article